4 Questions à… Antoine Vignial et Clara Ingen-Housz

01/12/2020

Rôle de l’éthique et de la conformité, implication du management, liens avec le business, projet en cours… Antoine Vignial, Secrétaire Général en charge de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise et Clara Ingen-Housz, Directrice Groupe de l’éthique et de la conformité nous en parlent.

Pourquoi parle-t-on d’éthique et de conformité chez Saint-Gobain ?

Antoine Vignial : L’éthique et la conformité sont au cœur de nos Principes de Comportement et d’Action. Adoptés dès 2003, ils tiennent lieu de « constitution » pour le Groupe et de condition d’appartenance pour ses collaborateurs. Agir en toute circonstance de manière éthique et conforme à nos obligations légales est une des valeurs fondamentales choisies et promues par Saint-Gobain. C’est donc avant tout une question de culture d’entreprise, portée par tous et chacun : motivante et sécurisante pour les collaborateurs, attractive pour nos futures recrues. Elles sont aussi un élément clé notre Raison d’être.

L’éthique et la conformité répondent également aux attentes de nos parties prenantes. Nos clients, fournisseurs, sous-traitants, partenaires sociaux, actionnaires, mais aussi les ONG, les collectivités et la société civile demandent aux entreprises un comportement exemplaire. Aujourd’hui, se conformer à la lettre de la loi n’est plus considéré comme suffisant, il faut être capable de faire plus et mieux, en fonction du dialogue avec nos parties prenantes. Elles font partie de l’Ethique des Affaires, un des piliers de la Responsabilité Sociale d’Entreprise et qui couvre aussi nos initiatives sur le plan environnemental.

Clara Ingen-Housz : L’éthique et la conformité sont aussi là pour protéger les collaborateurs, les parties prenantes et le Groupe lui-même. En effet, elle nous permet de respecter nos engagements internationaux comme le Pacte Mondial des Nations Unies et de nous conformer à la loi partout dans le monde.

Il s’agit tout particulièrement des lois luttant contre la corruption, des lois sur la concurrence, des sanctions économiques et de la règlementation sur le contrôle des exportations. Au-delà, il y a également la règlementation sur les données personnelles, la loi sur le devoir de vigilance et ses exigences en matière d’intégrité de la chaîne d’approvisionnement, et nos engagements en matière de droits humains qui procèdent de la même démarche.

Qui compose le Département éthique et conformité et quelles sont ses missions ?

Antoine Vignial : Clara, dans mon équipe, dirige l’équipe centrale et travaille avec les responsables éthique et conformité présents dans les pays ou les activités.

Clara Ingen-Housz : Il existe également un réseau de nombreux « Business Compliance Correspondents » (BCC) qui contribue grandement à diffuser la culture de conformité au plus près du terrain.

Antoine Vignial : Le Département éthique et conformité élabore, déploie et met en œuvre le programme éthique et conformité approuvé par la Direction Générale. Dans l’exercice de ses missions, il agit avec indépendance et impartialité. C’est une caractéristique indispensable pour que les hommes et les femmes qui le composent puissent remplir leur mission sereinement et efficacement.

Clara Ingen-Housz : Le Département est constamment en lien avec les business et les autres fonctions (RH, finance, IT notamment). Le programme comporte plusieurs axes d’action : l’adoption de politiques et procédures (comme la Politique Anticorruption), des formations (comme « Comply » en droit de la concurrence), la cartographie de nos risques notamment en matière de corruption, la vérification de l’intégrité des tiers ou encore des contrôles sous forme d’audits ciblés. Le Département gère aussi le système d’alerte éthique et professionnelle, désormais digital –  les responsables éthique et conformité agissant à ce titre comme Référents Alertes en charge de leur traitement.

Conformité et business vont-ils de pair ? 

Antoine Vignial : Si l’éthique et la conformité sont l’affaire de tous, le management joue un rôle essentiel. Les managers sont, à tous les niveaux, pleinement et personnellement engagés sur ce sujet. Ils communiquent régulièrement sur nos principes et sur le programme de conformité, dont ils garantissent le bon déploiement. Je rappelle que les managers sont susceptibles, dans de nombreux cas, d’être tenus juridiquement responsables des cas de non-conformité dans leur périmètre.

De plus, l’adhésion forte à nos valeurs est un facteur différenciant : l’exemplarité en la matière est cruciale auprès de nos parties prenantes. Elle nous permet de renforcer la confiance de nos partenaires commerciaux et d’attirer les talents, mais aussi d’améliorer la perception des investisseurs favorisant l’accès au capital. A ce titre, elle ne s’oppose en rien à la croissance de nos activités ; bien au contraire, elle attire à nous des partenaires qui apprécient de travailler avec nous et permet au Groupe de s’inscrire dans la durée.

Clara Ingen-Housz : Dans un monde où les lois – souvent contradictoires – se multiplient, le partenariat business-conformité représente une vraie valeur ajoutée. En effet, si la conformité a pu être perçue comme « l’empêcheur de tourner en rond », elle est de plus en plus considérée comme un business partner à part entière, et ce de deux manières.

D’une part, à travers ses différents axes d’intervention (politiques, formations ciblées), la conformité contribue à ce que les opérationnels acquièrent eux-mêmes les réflexes qui protègent. De même l’inclusion de la conformité tôt dans les projets permet d’identifier voire de quantifier les risques, et d’apporter des solutions concrètes. Par exemple en matière de fusion-acquisition, les vérifications de conformité permettent de mieux valoriser les actifs, voire d’évaluer la faisabilité d’une transaction.

D’autre part, à travers la digitalisation de la conformité, nous œuvrons à ce que celle-ci se loge automatiquement dans les processus décisionnels (achat, vente, recrutement…), dégageant ainsi du temps opérationnel en éliminant de nombreuses taches indispensables, voire obligatoires, mais ardues et chronophages.

Quelles sont les priorités du Groupe en matière d’éthique et de conformité pour les mois à venir ? 

Antoine Vignial : Transform & Grow a libéré les énergies business grâce à la décentralisation du Groupe. Concernant l’éthique et la conformité, c’est d’une seule voix qu’il faut parler, nos exigences en la matière étant absolues : il s’agit donc d’une Zone rouge.  Le Département va poursuivre son travail de consolidation et d’adaptation continue du programme existant, et s’appuiera pour son déploiement sur le fort engagement de tous les managers, opérationnels comme fonctionnels, qui sont tous les puissants leviers de transmission.

Nous allons aussi collecter et exploiter de plus en plus de données afin de mieux informer nos décisions, d’améliorer notre organisation, et de démontrer à nos parties prenantes nos performances en matière d’éthique des affaires.

Clara Ingen-Housz : Notre nouvelle Politique Anticorruption Groupe, récemment approuvée par le Comité Exécutif, fera l’objet d’un vaste plan de communication et de formation à l’aide notamment de courtes vidéos expliquant et illustrant différents scénarios de corruption. Dans le même temps, nous allons poursuivre notre campagne d’information et de sensibilisation à notre nouveau système digitalisé d’alerte du Groupe afin qu’il soit compris au mieux par tous et dès lors, pleinement efficace.

Nous sommes aussi, plus globalement, engagés dans un vaste processus de digitalisation de notre fonction, qui facilitera et sécurisera de nombreux processus comme la vérification des fournisseurs, ou le reporting de cadeaux/invitations et conflits d’intérêts.

Enfin, en juin 2021, nous vous donnons rendez-vous pour la première édition du Business Ethics Day – journée dédiée aux liens entre la conformité, les données personnelles, les achats responsables, et plus généralement la Responsabilité Sociale d’Entreprise. Cette journée sera une occasion supplémentaire de présenter et de sensibiliser les collaborateurs du Groupe à l’Ethique des Affaires.