3 questions à Didier Roux

La dynamique d’ouverture de Saint-Gobain, notamment en matière d’innovation, conduit le Groupe à développer et à diversifier ses partenariats. La complexité des écosystèmes et l’accélération des évolutions technologiques nécessitent une collaboration accrue avec des acteurs extérieurs pour compléter les savoir-faire du Groupe.

Depuis 2005, Didier Roux est Directeur de la Recherche et de l’Innovation de Saint-Gobain

Quel est l’effort de Saint-Gobain en matière de Recherche et Développement ?

Saint-Gobain fait depuis plus de cinq ans un effort important d’augmentation de ses investissements en R&D, de l’ordre de 5 à 10% par an. Cet effort reste très important en 2013 approchant un chiffre de 430 millions d’euros.

Comment sont définies les priorités et quels sont les axes de recherche d’aujourd’hui ?

Le choix des axes de recherche relève essentiellement d’un besoin de maintenir la position de leader du Groupe sur ses marchés existants et d’en développer de nouveaux. Saint-Gobain doit constamment innover en renouvelant en permanence ses gammes de produits : c’est la première et la plus importante mission de la R&D. Cela correspond à 80% des efforts de recherche de Saint-Gobain.  

L’innovation permet aussi d’ouvrir de nouveaux marchés pour le Groupe. Pour ce faire, des programmes stratégiques ainsi que des programmes exploratoires sont mis en place.  

Par exemple, des projets sont menés sur l’intégration de nouvelles fonctions dans les matériaux de construction (qualité de l’air, gestion de la lumière naturelle et artificielle…) en réalisant des recherches non seulement sur ces matériaux mais aussi sur les systèmes. Des études sont également en cours sur des projets d’avenir comme la pile à combustible dans des applications à destination de l’habitat.

Quels sont les enjeux actuels dans l’habitat ?

L’habitat doit faire face à des enjeux exceptionnels liés aux problèmes énergétiques et environnementaux, ce qui nécessite d’innover plus rapidement pour les acteurs de la chaîne de valeur. Il faut donc renforcer les coopérations entre les acteurs en amont et en aval de la construction: fournisseurs et clients de Saint-Gobain; mais aussi s’ouvrir plus encore vers l’extérieur et collaborer avec des start-up et des laboratoires académiques.

L’habitat de demain que nous construisons à Saint-Gobain est un habitat économe en énergie, ayant un faible impact environnemental et offrant à ses occupants un confort de vie aussi bien d’un point de vue thermique, acoustique et visuel que d’un point de vue esthétique et sanitaire.

Didier Roux a reçu en juin 2014 la médaille de l’innovation du CNRS

Créée il y a trois ans, la médaille de l'innovation du CNRS honore des recherches scientifiques exceptionnelles ayant conduit à une innovation marquante sur le plan technologique, thérapeutique ou sociétal et valorisant ainsi la recherche scientifique française. Chaque année, un jury décerne entre une et cinq médailles à des chercheurs et ingénieurs du CNRS, d'autres organismes de recherche, des universités et des grandes écoles, ou encore à des industriels très engagés dans des actions de recherche.

> Découvrez en vidéo son parcours et ses principales recherches.

Didier Roux, son parcours en bref

Après une thèse en photochimie théorique, Didier Roux entre en 1980 au CNRS. Il passe les quinze premières années à conduire des travaux de recherche sur des problèmes très académiques. La découverte d’un nouveau type d’instabilité correspondant  à une transition dynamique d’une phase lamellaire orientée vers une phase de vésicules multilamellaires, nommée phase “oignon”, est le prélude à l’exploration de domaines nouveaux qui conduit Didier Roux vers le monde industriel. Cet engagement s’est traduit par la création de deux entreprises (Capsulis en 1994 et Rheocontrol en 1999). À partir de 1998, il occupe des fonctions de direction scientifique auprès de la société Rhône-Poulenc, puis de Rhodia, avant d’intégrer le Groupe Saint-Gobain en 2005 comme Directeur de la Recherche et de l’Innovation.

Didier Roux est membre de l’Académie des Sciences depuis 2008 et de l’Académie des Technologies depuis 2010.