La Terre, bientôt une planète urbaine

2050. Un monde de mégalopoles nous attend. Le Caire, Kinshasa, Lagos, entre autres, mettront la jauge à plus de 20 millions d’habitants. 70 % de la population vivra dans les villes, plus de 7 milliards de personnes à faire cohabiter… et à faire s’épanouir aussi. Voilà la mission de Saint-Gobain dans ce monde hyper urbain et globalisé, qui réclame des solutions locales. Parce que l’on ne construit pas de la même façon à Oslo et New Delhi.
  • Répondre au défi démographique
Il y a tant à faire
Nous serons près de 10 milliards en 2050. L’Afrique, pour ne parler que d’elle, va devoir « se confronter à une explosion démographique de grande ampleur, alors qu’elle manque cruellement d’infrastructures » selon Pierre-André de Chalendar, Président-Directeur Général de Saint-Gobain. L’Asie aura totalement changé et le « vieux monde » ne sera pas en reste.

Le saviez-vous ?

Saint-Gobain est un membre actif dans plus de 30 Green Building Councils à travers le monde, afin de réfléchir à la ville et aux bâtiments de demain.

L’innovation est la réponse aux mutations démographiques

Innover à l’échelle mondiale, c’est commencer par organiser son département Recherche & Développement sur tous les continents. Huit centres transversaux Saint-Gobain se répartissent entre l’Europe, l’Asie et l’Amérique pour concevoir des innovations au bénéfice de tous ses clients, partout dans le monde. Ils peuvent aussi imaginer "des matériaux adaptés aux situations bioclimatiques auxquelles sont confrontés les bâtiments" explique Armand Ajdari, Directeur Recherche & Développement de Saint-Gobain. En Inde, il s’agit d’ "éviter que la lumière du soleil ne réchauffe trop le bâtiment en été, cela permet d’éviter la consommation d’énergie pour la climatisation". Voire l’achat d’un climatiseur polluant. 

La donne sociale est également prise en compte. Dans les pays défavorisés sont lancés des programmes de recherche autour du logement à bas coût. Dans les pays développés, le préfabriqué sera une réponse à la pénurie de main d’œuvre alors que la demande croît. L’impression 3D va également monter en puissance sur les projets créatifs ou complexes avec un coût environnemental réduit. Saint-Gobain a réalisé une première mondiale aux Pays-Bas avec le projet de pavillons « Milestone ». Il pourrait préfigurer le quartier résidentiel de la ville de demain. 

A l’heure où les contraintes liées à la surpopulation s’accentuent, la recherche de solutions se fait dans une démarche d’ouverture. En s’inspirant par exemple de la nature: c'est le biomimétisme. La laine de verre ou la laine de roche peuvent directement être conçues à partir des techniques de nidification des oiseaux pour augmenter les "propriétés isolantes phoniques et thermiques" de l’habitat, suggère Armand Ajdari. La feuille de lotus a amené Saint-Gobain à concevoir un verre autonettoyant : la pluie qui s’abat sur la tour vitrée de telle ou telle ville emporte avec elle les poussières et particules. 

Des matériaux intelligents pour la ville

Au-delà du modèle de la « smart city », toute ville a besoin d’intelligence. Et cela commence par les matériaux. Nous passons 80% de notre temps en intérieur : au domicile, au bureau, dans les transports… 80% de notre temps au contact de matériaux. Entrent alors en jeu le confort thermique, l’isolation phonique, la luminosité ou la qualité de l’air. Cette réalité est d’autant plus criante dans les villes surpeuplées.

 "Au Moyen-Orient, explique Bechara Ammar, Directeur du Développement, Saint-Gobain Méditerranée de l’Est et Moyen-Orient, les bâtiments consomment jusqu’à 80% de l’électricité produite, principalement pour la climatisation." La réduction de la consommation passe par la pose d’un verre suffisamment isolant, capable de se teinter en fonction de la luminosité, tel le verre électrochrome de SageGlass.

L’isolation phonique est l’autre enjeu des villes surpeuplées. Un environnement intérieur moins bruyant, c’est moins de stress pour les habitants. Plus d’efficacité pour des salariés. Identifier les sources de bruit dans un open space pour mieux les traiter, c’est l’objectif d’un petit capteur du type "Kandumètre".

L’accès à la lumière naturelle... Que serions-nous sans elle ? Depuis longtemps, les grands vitrages s’invitent dans les quartiers d’affaires et les maisons, mais le verre laisse passer toujours plus de lumière – ou moins, selon la nécessité. Pour le bien-être, toujours lui. De même, on verra de plus en plus de ces grands verres – 18 mètres de haut rien que pour le produit Overlength – pour sublimer les façades urbaines et flatter le regard. 

Reste la qualité de l’air. Si précieuse en ville. Les polluants intérieurs peuvent provoquer irritations, maux de tête, de gorge, voire maladies respiratoires. Mais alors, comment réduire leur concentration ? En utilisant par exemple des produits comme la plaque de plâtre Activ’air ou la toile à peindre Novelio CleanAir, spécialement conçus pour absorber les polluants et garantir aux occupants une qualité de l’air optimale, ou en utilisant des produits très peu émissifs, tels que les nouvelles laines de verre ISOVER.

 

Les enjeux de construction dans les pays émergents 

Penser la construction urbaine, c’est s’adapter à la croissance démographique, là où elle est la plus forte. Prenons l’Inde, qui participe au Nouvel Agenda Urbain sous l’égide de l’ONU. 500 millions de nouveaux citadins d’ici 2050. Ici comme en Afrique, il s’agit de construire directement du neuf puisque, bien souvent, l’existant ne peut être rénové. C’est l’opportunité d’offrir à ces populations des bâtiments de qualité, performants sur le plan énergétique, aux standards européens ou américains. C’est ce qu’attendent les classes moyennes du Nigeria, du Vietnam ou d’Indonésie. 

Revenons en Inde.  Saint-Gobain Research India, le centre de R&D situé à Chennai, non loin de Bangalore dans le sud du pays, travaille en étroite collaboration avec les entreprises et les universités locales. Les chercheurs planchent sur des matériaux capables de répondre aux climats chauds et humides. Ici comme ailleurs, on prend en compte les aléas climatiques, avec l’idée de penser la « ville résiliente », capable de se réorganiser rapidement après un épisode météo violent. 

Les enjeux de rénovation dans les pays développés 

L’accord de Paris et le récent Climate Action Summit amène Saint-Gobain à accélérer son action pour la rénovation des bâtiments en Europe et aux Etats-Unis. Loin d’être incompatibles, la performance énergétique et le confort vont de pair. La prise en compte des normes de plus en plus strictes tire l’innovation vers le haut pour toujours plus d’efficacité en matière d’isolation thermique, phonique, de luminosité, de confort sanitaire. L’économie circulaire vient parfaire cette approche en encourageant l’éco-conception des matériaux, en faisant évoluer les pratiques.