Mieux vivre le confinement : les 5 conseils d’un ancien commandant de sous-marin

La crise du Covid-19 a entraîné le confinement de la moitié de l’humanité. Une situation inédite pour la plupart d’entre nous. Comment réagir, comment garder le moral, trouver son rythme ? Nous avons posé la question à Fabrice d’Ornano, ancien commandant de sous-marin dans la marine française.
  • Se construire de nouveaux repères
Adopter votre rythme quotidien
Écoute bienveillante de soi et des autres, temps retrouvé, routine intellectuelle et sportive inédites : et si ce temps de confinement imposé était l’occasion de se recentrer sur l’essentiel ?

Fabrice d’Ornano est Directeur d’Exploitation et Directeur du projet de la Tour Saint-Gobain. Mais il est aussi ancien commandant de sous-marin nucléaire dans la Marine française. Le confinement, c’est donc un sujet qu’il connaît… Et pourtant, il l’avoue volontiers : « Cette situation est très différente de celles que j’ai pu connaître, principalement parce que ce confinement nous a été imposé – nous n’avons pas choisi de rester enfermés chez nous, même si c’est pour la bonne cause, et nous n’y avons pas été préparés ». 

Au fil de ses années sous les océans, enfermé pendant 70 jours avec 110 hommes dans une boîte de métal de 140 mètres de long, Fabrice d’Ornano a développé une « boîte à outils » qu’il a bien voulu nous partager. 

1. S’OBSERVER

« Durant cette période déstabilisante, il faut savoir s'écouter et se respecter », explique-t-il. En effet, quand le confinement dure, l’état psychologique varie : des phases de bien-être et de mal-être peuvent se succéder. « C’est une réponse au changement de rythme profond qui nous est imposé, c’est normal, la vie enfermée n’est pas naturelle et crée des déséquilibres. L’important, c’est d’en avoir conscience et de les accepter…L’homme possède d’exceptionnelles capacités d’adaptation ; mais l’acceptation de la contrainte est un préalable à l’adaptation. Enfin, il faut comprendre que tout le monde est dans le même bateau ».

2. ENTRETENIR LE LIEN (AVEC SES PROCHES ET SES COLLÈGUES)

Et justement, pour Fabrice d’Ornano « seul l’esprit d’équipage permet de tenir face à une contrainte forte et inhabituelle. Sur sous-marin, le lien est très fort entre les marins : la vie de chacun dépend des autres. Comme commandant de sous-marin, ma vie reposait également sur le jeune quartier-maître derrière son sonar qui pouvait sauver l’équipage en détectant suffisamment tôt un danger, comme un pêcheur par exemple ». 

Il faut donc resserrer les liens, les contacts avec ses amis, sa famille, ses collègues et même son chef... « Ces rendez-vous permettent d’échanger et de réaliser que la contrainte est partagée : cette union dans l’épreuve soude le groupe et rend plus supportable la contrainte, explique-t-il. Ce lien est important pour nous comme il est important pour les autres : il permet de s’assurer que certains ne dérivent pas ». 

En effet, durant ces périodes d’abstinence sociale, nous sommes plus vulnérables, les fêlures et les fragilités psychologiques peuvent ressortir plus nettement. En particulier chez les personnes qui sont seules : « le fait de se retrouver face à soi-même, pendant plusieurs semaines, est un exercice très particulier, qui peut être à risque quand il est imposé, non souhaité, non préparé. »

3. ADOPTER VOTRE RYTHME QUOTIDIEN

Alors comment rester à flot ? Pour l’ancien commandant de sous-marin, la clé est d’abord de créer un « rythme ». « Nous avons besoin de sens, d’objectifs pour nous lever le matin. Alors se (re)créer un rythme quotidien pendant le confinement, c’est ce qui va nous permettre d'avancer, de gérer chaque jour, de dérouler chaque semaine. L’idée c'est qu'à la fin de la journée, on ait eu l'impression de se sentir utile, d’avancer. »

Mais attention, prévient Fabrice d’Ornano : pas d’objectifs excessifs, inatteignables. « Pour arriver à se créer une discipline quotidienne et tenir dans la durée, il faut s’observer, s’écouter, se respecter, se fixer des objectifs simples, et préserver des moments de plaisir. Et surtout garder une journée off pour éviter d’être, toujours, sous contrainte/discipline imposées »

4. PRENDRE SOIN DE SON CORPS

En temps de confinement, notre activité physique diminue drastiquement et avec elle la dépense calorique. Cela entraîne facilement une prise de poids qui peut être mal vécue.

« Sans se fixer d’objectifs irréalistes, générateurs de frustration, il est utile d’instaurer une séquence quotidienne d’entraînement physique. On peut faire beaucoup de choses avec peu (pompes, étirements, abdos…), et ces exercices peuvent être l’occasion de partages avec les siens », propose Fabrice d’Ornano.

5. SE FAIRE PLAISIR

Et puis surtout, l’ancien sous-marinier nous recommande de nous faire plaisir, de nous consacrer à ces petites choses qui nous rendent heureux. « René Char disait très justement que l’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant. Ce confinement, c’est aussi du temps que nous n’avions pas avant, une occasion de regarder les choses sous un autre angle, moins soumis à l’urgence. Du temps pour lire, pour se rapprocher des autres, réfléchir, revenir à une certaine forme d’essentiel, remettre les choses en perspective…»

Au final, « l'important, c'est de se respecter, conclut Fabrice d’Ornano. Il n'y a pas d'uniformité de réponse pour tenir pendant cette période difficile. Nous sommes tous vulnérables. Il faut s’écouter, se respecter, surveiller avec bienveillance et être lucide sur ses propres dérives, ne pas s’isoler, humaniser nos relations, en partageant mais aussi en s’appuyant sur les autres car la résilience viendra du groupe, de l’esprit d’équipage. »

Crédits photos : Shutterstock / Saint-Gobain