Déchets de construction : systématiser la seconde vie

La demande croissante en ressources pour la construction de bâtiments a pour conséquence directe une augmentation de la quantité de déchets. Au total, ce ne sont pas moins de 2,2 milliards de tonnes de déchets de construction qui devraient être générés dans le monde à horizon 2025. Comment inverser la tendance ? Explications.

Produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation de ressources et la production des déchets. Cela vous dit quelque chose ? Il s’agit du principe clé de l’économie circulaire. Une approche systémique qui repose sur l’idée que « rien ne se perd, et tout se transforme ». Si de nombreux secteurs ont commencé à appliquer la démarche, la construction a également sa carte à jouer pour réduire la quantité de déchets qu’elle génère.

Chez Saint-Gobain, la gamme de matériaux développée permet aux acteurs du chantier de pouvoir bénéficier de solutions circulaires. C’est ainsi que dans le cadre de la conception de nouveaux bâtiments ces derniers peuvent compter sur des matériaux recyclés et/ou des matières durables conçues par Saint-Gobain. Concernant l’immobilier ancien, la rénovation peut également s’appuyer sur une gamme de produits permettant l’optimisation du bâti pour le rendre plus respectueux de l’environnement.

L’utilisation de déchets de construction et de démolition est essentielle pour Saint-Gobain. Et comme une transition ne se mène jamais seule, nous entendons généraliser le mouvement. Pour ce faire, des services de collecte et de tri des déchets de chantier à destination de nos clients ont été développés. Un travail indispensable et souhaitable, pour que le secteur de la construction embrasse le virage de l’économie circulaire.