En France, l’usine de verre plat d’Aniche a lancé le projet « Tri Calcin ». Objectif : diminuer significativement ses émissions de CO2 et revaloriser le verre disponible dans les chantiers de reconstruction locaux.

CALCIN

Depuis toujours, les usines de verre plat recyclent le calcin issu des chutes de production internes. Par rapport à l’utilisation de matières premières classiques comme le sable, la carbonate ou le calcaire, la fabrication du verre à partir de calcin représente une réduction de 60% des émissions de CO2 directes.

L’usine de verre plat d’Aniche en France s’est fixé pour objectif de réduire ses émissions carbones de plus de 6 000 tonnes par an et enfourner plus de 50% de calcin dans son four. Pour y parvenir, il est nécessaire d’ajouter aux chutes de production internes du calcin issu de chutes des clients de l’usine, voire du calcin en fin de vie, comme des anciennes fenêtres issues de chantiers de rénovation ou de démolition.

Le projet « Tri Calcin » consiste à investir dans une ligne de tri et de contrôle du calcin afin de le débarrasser des impuretés qui le rendent incompatible avec la production de verre plat. La robustesse du procédé industriel sera ainsi renforcée, les flux entrants et la quantité de calcin utilisées optimisés.

Le plan France Relance finance 30% du budget initialement prévu, ainsi, la mise en service devrait avoir lieu en 2022. Une initiative qui pourrait être dupliquée sur les différents sites de Saint-Gobain Glass à travers le monde pour une empreinte carbone significativement réduite.